Quelles différences peut-on établir entre démontrer, prouver et argumenter ? Vous dites dans la vidéo que la logique moderne suit une voie un peu différente de celle poursuivie habituellement, mais vous y faites seulement allusion … Y a-t-il des références (ou à la rigueur des mots-clés, des grands concepts) que je pourrais consulter pour mieux connaître ce nouveau paradigme ?

Dans l'exemple, le fait de "montrer" la forme sphérique de la lune est une base ! La différence sexuelle est-elle fait de nature ou de culture? Je ne vais pas détailler la méthode, mais observez ceci : on pourrait dire qu’Aristote pose comme règles d’inférence quatre syllogismes parfaits ainsi qu’un petit nombre de règles de transformation, et à partir de cela il obtient l’ensemble de tous les syllogismes valides. En combinant les deux opérations, on obtient 4 types de phrases : (i) universelle affirmative : Tout A est B l'argumentation et celui d'une démonstration. J’ai dit que la valeur d’un argument repose sur deux critères : d’une part que les prémisses soit reconnues comme vraies ou au moins probables, et d’autre part qu’un lien assez fort soit reconnu entre les prémisses et la conclusion.

Bonjour M. Phi, tout cela est passionnant et je voudrais mieux étudier la logique et l’argumentation.

Mais notez bien que rien n’implique dans la définition du syllogisme que celui-ci soit valide. Si les hommes sont égaux en droits, cela a-t-il un sens de parler de «droit à la différence» ? Ainsi on aura prouvé que les 24 formes de syllogisme valides sont bien tous les syllogismes valides. Ainsi : MAJEURE : Tout S est M  –>  Tout homme est un mammifère, MINEURE : Tout M est P  –>  Tout mammifère est mortel, CONCLUSION : Quelque S n’est pas P  –>  Quelque homme n’est pas mortel. (On peut dire que la logique d’Aristote traite tous les termes comme des termes de classes ; le terme Socrate renvoie donc à la classe dont l’unique membre est Socrate, et dire qu’il est mortel, c’est dire que la classe des Socrates est incluse dans la classe des mortels.). Il y a beaucoup à dire, mais l’une des choses importantes à comprendre avec la logique contemporaine c’est que, à l’instar des mathématiques (et presque plus encore qu’en mathématiques), il n’y a pas UNE logique mais une multitude de systèmes logiques différents ; en outre, un système logique n’est pas conçu seulement comme une théorie du raisonnement, c’est-à-dire une théorie définissant ce qu’est une inférence valide dans un certain langage (= un système déductif), c’est aussi une théorie définissant une notion de signification et de vérité pour ce langage (= une sémantique) ; on cherche en général à construire à la fois un système déductif et une sémantique, et le jeu favori des logiciens est alors d’étudier les rapports entre les deux théories. La démonstration est la plus rigoureuse de ces trois modalités, sa cohérence impeccable garantit la vérité (le ses résultats. La conscience, par cette possibilité qu'elle a de faire retour sur elle-même, est toujours également conscience de soi.

(2) La quantification : on peut parler de « Tous les S » ou seulement de « Quelque S ». Mais cet aveu est assez frappant (d’autant plus qu’on peut difficilement soupçonner Kant d’être très enclin au respect envers les Anciens en général ni envers Aristote en particulier). Le syllogisme est un raisonnement formé par deux prémisses et une conclusion. Votre email : On peut généraliser la forme des syllogismes en notant les termes ainsi : M est le moyen, et S et P sont respectivement les termes en position de sujet et prédicat dans la conclusion. Peut-on établir une différence entre le temps mesuré par le physicien et le temps vécu par la conscience ?

Quelle différence faites-vous entre le temps mesuré par les physiciens et le temps vécu par la conscience ? Est-il contradictoire de reconnaître des différences et de désirer l'égalité des individus ? Les différences sont-elles des inégalités ? ; son influence, à partir du Moyen-Âge, sera énorme et il faudra attendre la fin du XIXe siècle avant que des progrès significatifs en logique soient réalisés (avec Boole, Frege, Russell…) et que l’on ouvre la réflexion au-delà de la logique aristotélicienne. Incitation é la haine raciale

Existe-t-il une différence entre parler et bavarder ? Merci pour ces dernières vidéos et articles Mr phi. Il y a une vraie différence entre expliquer et démontrer. 2 pages - 1,80 ... Y a-t-il une différence entre penser et avoir des opinions? Je suis d'accord avec toi, et c'était le sens du dernier paragraphe de ma proposition : Déterminer le lien entre l'action de "montrer" et celle de "démontrer" en fonction de la recherche que nous faisons. Quelle différence y a-t-il entre l'histoire et la mémoire ? Commentez cette citation. | Monsieur Phi.

gouvernement, un avocat argumente en faveur de la thèse de l'innocence de son client inculpé : cela signifie à chaque fois qu'une autre augmentation, donc une autre thèse, est possible. 1 et 2) ... (c’est-à-dire d’affaiblir ses prémisses ou le lien entre les prémisses et la conclusion) et celui de présenter un contre-argument, c’est-à-dire un argument qui aboutit à une conclusion opposée. Est-il toujours possible de faire la différence entre travail et divertissement ? De ce point de vue, Aristote peut être regardé comme le premier logicien (et il est le premier en beaucoup de choses, ce qui veut dire qu’il s’est souvent trompé, mais il faut avoir suffisamment de sens historique pour comprendre la rationalité de ses erreurs !) Atteinte aux droits d'auteur

Avec cette substitution, les prémisses sont vraies mais la conclusion fausse. Quelle distinction convient-il d'établir entre "représenter" et "se représenter" ?

Faut-il admettre un droit à la différence . La durée toute pure est la forme que prend la succession de nos états de conscience quand notre moi se laisse vivre, quand il s'abstient d'établir une séparation entre l'état présent et les états antérieurs. Ainsi les deux syllogismes précédents peuvent être représentés ainsi : Toutes les façons d’assembler ainsi les termes S, P et M pour former un syllogisme (en faisant varier leurs positions et la forme universelle/particulière et affirmative/négative des phrases) sont au nombre de 256. Quelle est la différence entre les sciences physiques et les sciences biologiques ? ( Déconnexion /  Pourquoi souhaitez-vous signaler cet abus ? 1.3 Savoir argumenter et démontrer pour multiplier les ventes Détails en bas de page 5 Bienfondé de la formation Même avec du talent quand le commercial répète à chaque prospect le même argumentaire appris par cœur, cela lui permet d’obtenir une vente sur 5 à 10 prospects. Si j’étais riche je vous donnerais bien des tips malheureusement mon instabilité financière ne me le permet pas. (iv) particulière négative : Quelque A n’est pas B (ou : Au moins un A n’est pas B). La syllogistique va donc consister à dégager quels sont les syllogismes valides et à montrer pourquoi les autres ne le sont pas valides. Il y a 256 formes de syllogismes distincts ! Un historien argumente sur la responsabilité de la monar­chie dans le déclenchement de la Révolution française, un candidat aux élections argumente sur l'incompétence du . Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter: Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. gouvernement, un avocat argumente en faveur de la thèse de l'innocence de son client inculpé : cela signifie à chaque fois qu'une, donc une autre thèse, est possible. Y a-t-il une différence entre la religion et la superstition ? Pour examiner un argument et déterminer sa valeur, on se fiche de savoir à quels contre-arguments il s’oppose. (iii) particulière affirmative : Quelque A est B (ou : Au moins un A est B) Pornographie enfantine

Avertissez-moi par e-mail des nouveaux commentaires. Saisissez un ou plusieurs mots-clefs CONTENUS dans votre sujet: » Consulter également les résultats sur Devoir-de-philosophie.com, © Aide en philo.com - Tous droits réservés. la démonstration et la preuve contraires, à une argumentation peut s'opposer une argumentation contraire, "Quelles différences peut-on établir entre démontrer, prouver et argumenter ?". Ce terme est appelé le moyen. Peut-on établir une différence entre le temps mesuré par le physicien et le temps vécu par la conscience ? Spinoza, Baruch. Démontrer, argumenter, connaître| Grain de philo #14 (Ep. Quelles différences peut-on établir entre démontrer, prouver et argumenter ? En contradiction implique qu’une seule des deux propositions est vraie. Ainsi Kant écrivait en 1787 : « Que la logique ait suivi [la voie sûre de la science] déjà depuis les temps les plus anciens, le fait que, depuis Aristote, elle n’a été obligée de faire aucun pas en arrière, suffit à le montrer : je suppose en effet que l’on ne voudra pas lui compter pour des améliorations la mise au rancart de quelques subtilités superflues ou une détermination plus claire de son exposé, choses qui touchent plutôt à l’élégance qu’à la certitude de la science.

La syllogistique d’Aristote représente un effort remarquable de systématisation d’un ensemble de formes de raisonnement valides. Enfin la conclusion peut être de n’importe quelle forme mais elle doit lier deux termes présents dans les deux prémisses, à l’exception du moyen. Quelle différence faites-vous entre démontrer et persuader ?

La référence, c’est évidemment la démonstration scientifique qui repose sur un raisonnement logique, rigoureux, s’appuyant sur des faits expérimentalement prouvés. Expliquez ? La méthode d’Aristote pour le montrer est assez simple : si une forme de syllogisme n’est pas valide, il doit être possible de remplacer les termes de façon à obtenir un syllogisme de cette forme dont les prémisses soient vraies et la conclusion fausse. L'un étant la justification de l'autre. En particulier, il ne faut pas confondre le fait de critiquer un argument (c’est-à-dire d’affaiblir ses prémisses ou le lien entre les prémisses et la conclusion) et celui de présenter un contre-argument, c’est-à-dire un argument qui aboutit à une conclusion opposée. Ce qui différencie démontrer, convaincre et persuader : Démontrer, c’est chercher à établir une vérité. Atteinte au droit é l'image ». La certitude — que l'on définit comme la connaissance de posséder la vérité (voir Descartes) est l'état de la conscience. Démontrer, argumenter, connaître| Grain de philo #14 (Ep.

Voici le début d’une série sur la démonstration, l’argumentation plus généralement, et leur rapport à la connaissance. Comme je l’ai fait remarquer, tout syllogisme n’est pas valide. C'est elle qui fait de l'homme un sujet, capable de penser le monde qui l'entoure.

Que perdrait la pensée en perdant l'écriture ... Peut-on établir une frontière précise entre le moral et le pathologique ? Auriez-vous un ouvrage pour débutant sur le même sujet à conseiller ? Expliquer Il y a quatre syllogismes valides dont Aristote ne justifie pas la validité autrement que par l’évidence.

Autre 1 et 2), Le fondationnalisme : quelle est la base de l’édifice des connaissances ? Les traits symbolisent différentes relations entre ces différents types de phrases. Est-il dans la nature de l'État de refuser les différences ? ? Elle a qualité de défendeur lors du procès pénal. Pendant longtemps, ce dépassement passait pour absolument impensable tant la logique d’Aristote paraissait complète et parfaite. Aussi à tout hasard, si cela vous tente, à tout hasard hein, faire un duo YouTube avec vous me tenterez bien. Notamment, les diagonales forment une contradiction : l’universelle affirmative est en contradiction avec la particulière négative ; et l’universelle négative est en contradiction avec la particulière positive. | Grain de philo #14 (Ep. Socrate est le sujet, mortel le prédicat. | Grain de philo #14 (Ep. 3) | Monsieur Phi, Réviser le bac philo en vidéo ! Quelles différences existent entre les sciences de raisonnement et les sciences d'obseration ? Petite remarque supplémentaire.